Blog Jean-Paul AMOUDRY, Sénateur Honoraire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 26 juin 2017

La Haute-Savoie en quête de Très Haut Débit

Elus_Pays_de_Savoie_Juin_2017.JPG
Elus_Pays_de_Savoie_Juin_2017_suite.JPG
La Lettre des élus des Pays de Savoie n°215 de Juin 2017

lundi 10 avril 2017

Zoom sur les Conseillers Départementaux du Canton de Faverges

10_04_2017.JPG
Le Chemin de l'info, Journal d'information de la commune nouvelle de Faverges-Seythenex n°5 de Mars 2017

vendredi 6 mai 2016

L'entreprise Lathuille Frères a fêté ses 50 ans

DL_2016_05_06.bmp
Le Dauphiné Libéré du 6 mai 2016

mercredi 28 janvier 2015

Innover : La France à l'heure du numérique - le cas de la Haute-Savoie

Très haut débit promis sur l’ensemble du territoire en 2022, mise en réseau des métropoles françaises du numérique, développement d’aides aux porteurs de projets... sur le front numérique, la France est à l’offensive. Avec un objectif avoué : donner des armes aux entreprises de l’Hexagone qui doivent prendre position dans la compétition mondiale.

« Au travers du Plan France très haut débit, le gouvernement entend faire du très haut débit un vecteur de compétitivité pour nos entreprises, de solidarité entre nos territoires mais également un vecteur d’inclusion pour nos concitoyens. » Arnaud Montebourg, ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique.

Dans le monde du numérique, savoir présenter son projet d’une façon aussi brève qu’efficace fait partie des figures imposées pour les jeunes entrepreneurs. On appelle ça un pitch. Pour promouvoir le concept de « French Tech », le ministère a proposé un pitch pour cette initiative : elle doit permettre à la France de se « positionner sur la carte du monde des principales nations numériques. Il s’agit de favoriser l’émergence de champions de niveau mondial, capables de passer, en quelques années, de quelques salariés à plusieurs milliers voire à des dizaines de milliers d’emplois. » Permettre aux start-up de bénéficier d’un environnement favorable pour se développer et gagner des marchés à l’international, faire émerger des Entreprises de taille intermédiaire dans le secteur : les objectifs sont là.

Valoriser la création d'un réseau de places fortes numériques

Pour ce faire, le gouvernement entend favoriser la création d’un réseau de plusieurs places fortes numériques. Ce sont là ce que les pouvoirs publics ont un temps baptisé quartiers numériques, désormais regroupés sous le vocable de « French Tech ». Quelques métropoles à la vie numérique intense vont donc tenter de répondre à l’appel à labellisation en cours. L’enjeu est de taille : en intégrant cette « équipe de France » du numérique qui devrait compter une quinzaine de membres, ces métropoles donneraient à leurs entreprises innovantes les conditions d’un développement optimal.

Une opportunité économique considérable

Avec cette initiative, le gouvernement prouve qu’il fait du développement du numérique l’une de ses priorités stratégiques. Ce qui répond aux souhaits des acteurs du secteur qui cherchent depuis plusieurs années à montrer aux pouvoirs publics combien il peut favoriser la création d’emplois. « Tout cela correspond à la prise de conscience que le numérique a un potentiel économique formidable, note Valérie Peugeot, vice-présidente au Conseil national du numérique. Mais au-delà, il y a aussi l’idée qu’en s’introduisant dans différents secteurs d’activité, le numérique va les faire évoluer. Et puis, lorsqu’on prend à bras-le-corps ce secteur, on peut détenir un levier d’actions de transformations sociétales, permettant d’agir aussi bien sur la préservation de l’environnement que la lutte contre la pauvreté. »

Un potentiel immense à exploiter

Le champ des possibles apparaît donc immense. Levier de performance pour les entreprises, outil favorisant le désenclavement des territoires, le numérique peut également être une solution pour permettre aux entreprises de diffuser leurs produits... C’est aussi une source d’innovation en soi : il n’est qu’à voir par exemple le potentiel de l’économie des objets connectés.
Face à ces enjeux, les pouvoirs publics ont donc compris l’urgence qu’il y avait à se positionner dans la compétition mondiale. Aux États- Unis, le numérique a généré plus d’un point de croissance annuelle sur les trente dernières années, moitié moins en France. C’est donc aujourd’hui autant un potentiel à exploiter qu’un retard à combler qui incite la France à s’engager.

Le très haut débit pour tous en 2022

Cet engagement passe en premier lieu par une couverture égale du territoire en très haut débit. Un« Plan France très haut débit » a donc été lancé en 2013. Il doit permettre une couverture totale du pays en 2022 et peut se décliner en objectifs thématiques, comme celui d’un raccordement pour toutes les écoles à la rentrée 2014. La fibre optique est privilégiée, secondée par des technologies alternatives (satellite, montée en débit sur le réseau cuivre actuel ou la 4G) pour les territoires les moins accessibles. Au total, 20 milliards d’euros devraient être nécessaires pour atteindre cet objectif, répartis entre l’État, les collectivités locales et les opérateurs privés. Ces derniers devraient apporter les deux tiers du montant. Cela représente 6 milliards d’euros d’investissement direct dans les zones les plus denses, et donc les plus rentables, du territoire et progressivement 6 autres milliards d’euros dans les zones moins denses, rurales, et périurbaines, qui seront versés sous forme de redevance aux collectivités locales pour l’utilisation de leurs réseaux. Le dernier tiers représente des subventions apportées par les pouvoirs publics pour permettre un développement dans les zones peu denses.

Déjà un succès

Ce plan qui prévoit 3,3 milliards d’euros de subventions de l’État aux collectivités est un succès : en mars 2014, plus de la moitié des départements français avaient déposé une demande. « Ce projet, comme l’indique Louis Gallois, Commissaire général à l’investissement, a lancé une véritable dynamique. L’Internet à haut débit va permettre d’ouvrir un nouvel espace et de créer un écosystème pour les collectivités et les entreprises. » L’intérêt de la fibre optique a bien été perçu par les territoires. C’est notamment le cas en Haute-Savoie où le Syndicat des énergies et de l’aménagement numérique (Syane) a lancé un vaste plan d’aménagement baptisé Haute- Savoie numérique (HSN). Intégré au Plan national, il connaît actuellement une première phase de déploiement dont le coût s’élève à 131,5 millions d’euros. La Caisse d’Epargne Rhône-Alpes en est le principal partenaire privé. Il vise notamment à installer sur le territoire 1 300 km de réseau de fibre optique. « Nous souhaitons avant tout assurer ainsi la défense de nos entreprises et de nos emplois, indique le président du Syane et sénateur de Haute-Savoie, Jean-Paul Amoudry. En parallèle, ce réseau devra être mis à disposition de l’ensemble des services publics du département. » D’ici 2018-2019, ce sont 90 % des entreprises de plus de six salariés, les sites d’enseignement supérieur et de recherche, les principaux bâtiments publics et de santé mais aussi près de la moitié des logements des particuliers qui devraient être couverts par le réseau HSN.

Lire la suite...

vendredi 10 octobre 2014

Réponse de Monsieur le Premier Ministre concernant la mise en oeuvre des fiches individuelles de prévention et de pénibilité

PM.jpg

vendredi 27 juin 2014

Aperçu de mon agenda - semaine du 30 juin au 6 juillet 2014

Lundi 30 juin 2014 :
• Réunion de travail au SYANE
• Réunion de la commission permanente du Conseil Général de la Haute-Savoie
• Déjeuner de travail avec le Directeur Régional de Réseau Transport d’Électricité
• Conseil d’Administration de l’EHPAD Joseph Avet à Thônes
• Présentation du Plan Tourisme du Conseil Général aux Maires du canton de Thônes

Mardi 1er juillet 2014 :
A Paris :
• Réunion du Conseil Électrification Rurale

Mercredi 2 juillet 2014 :
A Paris :
• Réunion des membres du Conseil d’Orientation des Entreprises Locales de Distribution à la FNCCR
• Réunion des membres du Conseil du Fonds de Péréquation de l’Électricité

Jeudi 3 juillet 2014 :
• Réunion des Présidents de l’Union des Syndicats d’Énergies de Rhône Alpes à Bourg en Bresse

Vendredi 4 juillet 2014 :
• Réunion du Bureau et du Comité du SYANE
• Réunion du Bureau de la Société d’Économie Alpestre de Haute-Savoie
• Inauguration de l’école de La Balme de Thuy

lundi 12 mai 2014

Question écrite concernant la mise en place d'un compte individuel de prévention de la pénibilité

Question écrite n° 11590 de M. Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UDI-UC)
Publiée dans le JO Sénat du 08/05/2014 - page 1070

M. Jean-Paul Amoudry attire l'attention de M. le ministre du travail, de l'emploi et du dialogue social sur la mise en place au 1er janvier 2015 d'un compte individuel de prévention de la pénibilité, sur la base des fiches individuelles de prévention.
Alors que le Président de la République a fixé la simplification comme une priorité gouvernementale, il tient à alerter le ministre sur les difficultés d'application que va susciter ce dispositif pour les entreprises de bâtiment.
Pour chaque salarié, le chef d'entreprise devra se livrer à un suivi continu des différentes tâches qu'il réalise. Ainsi, poste par poste, situation par situation, il devra remplir quotidiennement une fiche et tenir ainsi compte de nombreux éléments complexes et imbriqués. Ce travail, fastidieux et irréalisable en pratique, posera des difficultés considérables dans les entreprises, en particulier les petites structures ne disposant pas de la ressource humaine nécessaire.
Par ailleurs, ce dispositif remet en cause l'ensemble des efforts engagés par la profession en faveur de la prévention. La branche bâtiment a toujours été très attachée à réaliser les efforts indispensables de prévention et de santé au travail : mise en place, dès 1947, d'un organisme dédié, géré paritairement, l'organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics ; signature d'un accord sur la prévention de la pénibilité et l'amélioration des conditions de travail en décembre 2011.
Alors que ce secteur est déjà soumis à une forte concurrence d'entreprises qui s'affranchissent des règles du droit social français, il est important de ne pas le pénaliser encore plus.
C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles dispositions le Gouvernement compte prendre pour remédier à cette situation.

En attente de réponse du Ministère du travail, de l'emploi et du dialogue social

lundi 7 avril 2014

La Fonderie du Mont-Blanc a été inaugurée à Marnaz

R2014_04_07_Fonderie_Mt_Blc.png
Le Dauphiné Libéré du 7 04 2014 - édition Mont-Blanc

jeudi 27 février 2014

La fibre optique arrive progressivement en Haute-Savoie : mon interview

Pour écouter directement l'interview, faire bouger le curseur jusqu'à 3mn29


Issu du Journal local de RCF Haute-Savoie du 27 février 2014
http://www.rcf.fr/radio/rcf74/emission/140513/772851

Réponse à la question écrite n° 08952 relative à l'éco-contribution sur les déchets d'éléments d'ameublement

Question n° 08952 adressée à M. le ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie
Publiée le : 31/10/2013

M. Jean-Paul Amoudry attire l'attention de M. le ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur l'instauration d'une nouvelle éco-contribution concernant les déchets d'éléments d'ameublement (DEA), et sur les conséquences de cette dernière pour les entreprises d'ameublement.
En effet, à partir du 1er octobre 2013, les entreprises concernées doivent s'acquitter de l'éco-contribution sur les déchets d'ameublement. Cette taxe complexifie la gestion des déchets d'ameublement, et génère pour les entreprises du bâtiment des coûts administratifs démesurés, puisqu'elle diffère selon la destination des locaux professionnels ou ménagers, conduisant ainsi à la création de deux éco-organismes ayant leurs propres règles.
En outre, à l'heure du « choc de simplification » annoncé par le Président de la République, le principe même de la « responsabilité élargie du producteur » (REP) semble aller à contre-sens, car il est source de complexité, et ne tient pas compte des contraintes crées, en aval, pour les entreprises de chaque filière REP.
À ce sujet, le rapport d'étape sur la gestion des déchets dans le cadre des filières REP, adopté le 10 juillet 2013 par la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée nationale, préconise l'évolution de la fiscalité relative aux déchets et un meilleur fonctionnement opérationnel des éco-organismes.
Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles mesures sont envisagées par le Gouvernement afin de modifier ce dispositif pour ne pas sanctionner les entreprises du bâtiment par un alourdissement des règlementations, et de leurs charges.

Lire la suite...

vendredi 10 janvier 2014

Rétro en images : signature des contrats de prêts du SYANE

RMagcg74_prets_syane.png
Haute-Savoie Magazine n°148 de janvier/ mars 2014

vendredi 13 décembre 2013

Question écrite n° 09742 concernant les revendications des entreprises artisanales et commerces de proximité

Question écrite n° 09742 de M. Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UDI-UC)
publiée dans le JO Sénat du 12/12/2013 - page 3548

Jean-Paul Amoudry attire l'attention de Madame la Ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme sur les revendications des chefs d'entreprises artisanales, de commerces de proximité et de l'ensemble des travailleurs indépendants regroupés au sein d'unions professionnelles artisanales (UPA).

En effet, la pression fiscale et sociale pesant sur les revenus du travail asphyxie de plus en plus l'économie de proximité, et met en péril l'avenir des entreprises déjà fragilisées par la crise économique.

Or, en créant des emplois et formant de nombreux apprentis, les entreprises de l'artisanat et du commerce participent au redressement de notre économie.

C'est pourquoi, compte tenu de l'intérêt de soutenir et de préserver le réseau d'entreprises de proximité, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures que le Gouvernement entend prendre pour répondre aux revendications exprimées par les unions professionnelles artisanales.

Transmise au Ministère de l'économie et des finances

Retransmise à Madame la Ministre de l'artisanat, du commerce et du tourisme

En attente de réponse du Ministère de l'artisanat, du commerce et du tourisme

mardi 5 novembre 2013

Question écrite n° 08952 relative à l'éco-contribution sur les déchets d'éléments d'ameublement

Question écrite n° 08952 de M. Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UDI-UC)
publiée dans le JO Sénat du 31/10/2013 - page 3128

Jean-Paul Amoudry attire l'attention de Monsieur le Ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie sur l'instauration d'une nouvelle éco-contribution concernant les déchets d'éléments d'ameublement (DEA), et sur les conséquences de cette dernière pour les entreprises d'ameublement.

En effet, à partir du 1er octobre 2013, les entreprises concernées doivent s'acquitter de l'éco-contribution sur les déchets d'ameublement. Cette taxe complexifie la gestion des déchets d'ameublement, et génère pour les entreprises du bâtiment des coûts administratifs démesurés, puisqu'elle diffère selon la destination des locaux professionnels ou ménagers, conduisant ainsi à la création de deux éco-organismes ayant leurs propres règles.

En outre, à l'heure du « choc de simplification » annoncé par le Président de la République, le principe même de la « responsabilité élargie du producteur » (REP) semble aller à contre-sens, car il est source de complexité, et ne tient pas compte des contraintes crées, en aval, pour les entreprises de chaque filière REP.

À ce sujet, le rapport d'étape sur la gestion des déchets dans le cadre des filières REP, adopté le 10 juillet 2013 par la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire de l'Assemblée Nationale, préconise l'évolution de la fiscalité relative aux déchets et un meilleur fonctionnement opérationnel des éco-organismes.

Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui indiquer quelles mesures sont envisagées par le Gouvernement afin de modifier ce dispositif pour ne pas sanctionner les entreprises du bâtiment par un alourdissement des règlementations, et de leurs charges.

En attente de réponse du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie

lundi 4 novembre 2013

Deux PME primées au Sénat

R2013_10_28_Vox_RA.png
Vox Rhône-Alpes n°366 du 28 octobre au 3 novembre 2013

lundi 28 octobre 2013

Aperçu de mon agenda – Semaine du 28 octobre au 3 novembre 2013

Lundi 28 octobre 2013:
• Réunion du Comité Syndical du Syndicat Mixte des Glières

Mercredi 30 octobre 2013 :
• Visite de l’entreprise Mermillod-Porret à Thônes, en présence de Jean-Jack Queyranne, Président du Conseil Régional Rhône-Alpes

Jeudi 31 octobre 2013 :
• Accueil du Conseil Municipal de Cons Sainte Colombe au Sénat

jeudi 24 octobre 2013

Remise du Label Productivez ! 2013 à l'entreprise Gay et Fils de Magland

PH352767JLDn.jpg - Multimages Clients PWP Copyright Jean-Lionel Dias (Photo) et Sanofi-Aventis

Remise des Labels Productivez ! au Sénat - 16 octobre 2013
Remise du label à la société SARL Gay et Fils (représentée par Didier Claret de la société Claret) par Jean-Claude Carle et Jean-Paul Amoudry, sénateurs de la Haute-Savoie

Remise du Label Productivez ! 2013 à l'entreprise Gaston PERROLLAZ de Magland

PH352775JLDn.jpg - Multimages Clients PWP Copyright Jean-Lionel Dias (Photo) et Sanofi-Aventis

Remise des Labels Productivez ! au Sénat, le16 octobre 2013
Remise du label à Jean-Luc Moenne Loccoz, représentant de la société labellisée Gaston Perrollaz par Jean-Claude Carle et Jean-Paul Amoudry, Sénateurs de la Haute-Savoie, en présence de Didier Bouvet, parrain Symop.

lundi 21 octobre 2013

Remise du Label Productivez 2013 au Sénat


Jean-Luc MOENNE-LOCCOZ


Les sénateurs de Haute-Savoie, Jean-Paul AMOUDRY et Jean-Claude CARLE, ont remis le label Productivez 2013 à Jean-Luc MOENNE-LOCCOZ, président de SAS GASTON PERROLLAZ le 16 octobre 2013 au Sénat.

Label Productivez 2013! : deux Maglanchards à l'honneur

R2013_10_18_Productivez_.png
L'Eco des Pays de Savoie du 18 10 2013

vendredi 18 octobre 2013

Deux PME de Magland récompensées au Sénat : l'entreprise GASTON PERROLLAZ et la SARL GAY et Fils

Jean-Claude Carle et Jean-Paul Amoudry leur ont remis le prix Productivez 2013.
Une récompense qui distingue leur engament pour plus de compétitivité et le maintien de l’emploi sur les territoires.
Les deux sénateurs Haut Savoyards ont souligné l’importance des 850 PME du département qui malgré la crise accuse un des taux de chômage le plus bas du pays.

Extrait de la rubrique INFOS d'ODS Radio du 17 10 2013
http://www.odsradio.com/infos?news_id=30319

- page 1 de 2