Blog Jean-Paul AMOUDRY, Sénateur Honoraire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - kinesitherapeute

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 28 mars 2014

Réponse à la question écrite n°10 863 concernant la formation des masseurs-kinésithérapeutes

Question écrite n° 10863 de M. Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UDI-UC)
publiée dans le JO Sénat du 13/03/2014 - page 664

M. Jean-Paul Amoudry attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les négociations en cours au sujet du niveau de reconnaissance de la formation des masseurs-kinésithérapeutes.
Le 25 janvier 2013, les ministères des affaires sociales et de la santé, d'une part, et de l'enseignement supérieur, d'autre part, ont décidé de reconnaître le diplôme de masseur-kinésithérapeute au niveau licence, au moment où certains pays de l'Union européenne ont choisi de porter cette formation au niveau master.
Or, la plupart des professionnels kinésithérapeutes estiment que cette réforme n'atteste pas une reconnaissance de la profession à la hauteur de ses réelles responsabilités, et ne correspond pas au niveau de l'enseignement, ni au niveau de sortie réel des étudiants.

Aussi, une large majorité d'entre eux est opposée à la rétrogradation de la reconnaissance de leur diplôme, et réclame une reconnaissance au grade de master, comme le recommande la Confédération mondiale de la physiothérapie (WCPT), avec en outre une harmonisation du processus de recrutement des élèves kinésithérapeutes, notamment via la première année commune aux enseignements de santé (PACES).
L'ordre des masseurs-kinésithérapeute rappelle à cet égard, qu'au-delà de l'avenir de la profession, ce sont la qualité des soins et la sécurité des patients qui sont en jeu.
C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer les intentions du Gouvernement en la matière.

Lire la suite...

vendredi 14 mars 2014

Question écrite n°10863 concernant la formation des masseurs-kinésithérapeutes

publiée dans le JO Sénat du 13/03/2014 - page 664

M. Jean-Paul Amoudry attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les négociations en cours au sujet du niveau de reconnaissance de la formation des masseurs-kinésithérapeutes.

Le 25 janvier 2013, les ministères des affaires sociales et de la santé, d'une part, et de l'enseignement supérieur, d'autre part, ont décidé de reconnaître le diplôme de masseur-kinésithérapeute au niveau licence, au moment où certains pays de l'Union Européenne ont choisi de porter cette formation au niveau master.

Or, la plupart des professionnels kinésithérapeutes estiment que cette réforme n'atteste pas une reconnaissance de la profession à la hauteur de ses réelles responsabilités, et ne correspond pas au niveau de l'enseignement, ni au niveau de sortie réel des étudiants.

Aussi, une large majorité d'entre eux est opposée à la rétrogradation de la reconnaissance de leur diplôme, et réclame une reconnaissance au grade de master, comme le recommande la Confédération Mondiale de la Physiothérapie (WCPT), avec en outre une harmonisation du processus de recrutement des élèves kinésithérapeutes, notamment via la première année commune aux enseignements de santé (PACES).

L'ordre des masseurs-kinésithérapeute rappelle à cet égard, qu'au-delà de l'avenir de la profession, ce sont la qualité des soins et la sécurité des patients qui sont en jeu.

C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer les intentions du Gouvernement en la matière.


En attente de réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

vendredi 4 novembre 2011

Réponse à la question écrite n° 19963 relative à la réformes des études préparant au diplôme de masso-kinésithérapie

Question écrite n° 19963 adressée à Monsieur le Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche

Jean-Paul Amoudry appelle l'attention de M. le ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la réforme des études préparant au diplôme de masso-kinésithérapie.

L'intégration de cette formation au système licence – master – doctorat (LMD) avait été annoncée par la ministre en charge de la santé suite à la publication du rapport sur « l'évaluation de l'impact du dispositif LMD concernant les formations et le statut des professions paramédicales ».

Or, cette intégration n'est à ce jour, toujours pas effective. La France reste l'un des seuls États parmi les pays européens qui n'ait pas mis en conformité la formation initiale de masseur-kinésithérapeute avec le système LMD.

Pour autant, les compétences attendues pour répondre aux besoins des patients et à la complexité de l'acte du masseur-kinésithérapeute, impose d'opter pour un modèle de formation initiale exigeant.

La création d'un niveau master, demandée par le Conseil national de l'ordre des masseurs-kinésithérapeutes, permettrait aux professionnels d'accueillir les patients en accès direct, soulageant ainsi les médecins dans l'accueil des urgences et de la traumatologie bénigne, et de mettre en place, dans ce domaine, une réelle politique de recherche répondant aux besoins de notre système de santé.

C'est pourquoi, il souhaite connaître les intentions du Gouvernement en la matière.

Lire la suite...

vendredi 9 septembre 2011

Question écrite relative à la réforme des études de masso-kinésithérapie

Question écrite n° 19963 de Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UC)

publiée dans le JO Sénat du 08/09/2011 - page 2314

Jean-Paul Amoudry appelle l'attention de Monsieur le Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la réforme des études préparant au diplôme de masso-kinésithérapie.

Lire la suite...