Blog Jean-Paul AMOUDRY, Sénateur Honoraire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 16 mai 2014

Question écrite concernant la rémunération des orthophonistes dans la fonction publique hospitalière

Question écrite n° 11608 de M. Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UDI-UC)
Publiée dans le JO Sénat du 15/05/2014 - page 1101

M. Jean-Paul Amoudry attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur la rémunération de la profession d'orthophonistes au sein de la fonction publique hospitalière.

En effet, les orthophonistes de la fonction publique hospitalière sont rémunérés dans les hôpitaux sur la base « bac + 2 ».

Or, aujourd'hui, le diplôme d'orthophoniste se prépare en cinq ans, et se voit reconnu d'un grade de master. Pour autant, aucune revalorisation salariale n'a été effectuée.

Le 18 février 2014, puis le 11 mars 2014, un projet de décret instaurant des salaires identiques pour les professionnels du paramédical, quel que soit leur niveau de formation (bac +3 ou bac +5) a été rejeté unanimement par les organisations syndicales.

Il est à craindre que la faible attractivité des salaires ait pour conséquence la vacance de nombreux postes. Or, ces professionnels sont nécessaires dans la prise en charge des patients, que ce soit en neurologie, oto-rhino-laryngologie (ORL), pédopsychiatrie ou gérontologie.

C'est pourquoi il lui demande quelles sont les mesures que le Gouvernement entend prendre pour revaloriser les salaires des orthophonistes, afin notamment d'enrayer la pénurie des soins à l'hôpital.

En attente de réponse du Ministère des affaires sociales et de la santé

vendredi 28 mars 2014

Réponse à la question écrite n°10 863 concernant la formation des masseurs-kinésithérapeutes

Question écrite n° 10863 de M. Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UDI-UC)
publiée dans le JO Sénat du 13/03/2014 - page 664

M. Jean-Paul Amoudry attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les négociations en cours au sujet du niveau de reconnaissance de la formation des masseurs-kinésithérapeutes.
Le 25 janvier 2013, les ministères des affaires sociales et de la santé, d'une part, et de l'enseignement supérieur, d'autre part, ont décidé de reconnaître le diplôme de masseur-kinésithérapeute au niveau licence, au moment où certains pays de l'Union européenne ont choisi de porter cette formation au niveau master.
Or, la plupart des professionnels kinésithérapeutes estiment que cette réforme n'atteste pas une reconnaissance de la profession à la hauteur de ses réelles responsabilités, et ne correspond pas au niveau de l'enseignement, ni au niveau de sortie réel des étudiants.

Aussi, une large majorité d'entre eux est opposée à la rétrogradation de la reconnaissance de leur diplôme, et réclame une reconnaissance au grade de master, comme le recommande la Confédération mondiale de la physiothérapie (WCPT), avec en outre une harmonisation du processus de recrutement des élèves kinésithérapeutes, notamment via la première année commune aux enseignements de santé (PACES).
L'ordre des masseurs-kinésithérapeute rappelle à cet égard, qu'au-delà de l'avenir de la profession, ce sont la qualité des soins et la sécurité des patients qui sont en jeu.
C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer les intentions du Gouvernement en la matière.

Lire la suite...

jeudi 26 janvier 2012

Réponse de Monsieur le Ministre de la Santé, concernant la réforme de la formation des orthophonistes

RMsante_orthophonistes.png

Lire la suite...

vendredi 9 septembre 2011

Question écrite relative à la réforme des études de masso-kinésithérapie

Question écrite n° 19963 de Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UC)

publiée dans le JO Sénat du 08/09/2011 - page 2314

Jean-Paul Amoudry appelle l'attention de Monsieur le Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la réforme des études préparant au diplôme de masso-kinésithérapie.

Lire la suite...