Blog Jean-Paul AMOUDRY, Sénateur Honoraire

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 28 mars 2014

Réponse à la question écrite n°10 863 concernant la formation des masseurs-kinésithérapeutes

Question écrite n° 10863 de M. Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UDI-UC)
publiée dans le JO Sénat du 13/03/2014 - page 664

M. Jean-Paul Amoudry attire l'attention de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé sur les négociations en cours au sujet du niveau de reconnaissance de la formation des masseurs-kinésithérapeutes.
Le 25 janvier 2013, les ministères des affaires sociales et de la santé, d'une part, et de l'enseignement supérieur, d'autre part, ont décidé de reconnaître le diplôme de masseur-kinésithérapeute au niveau licence, au moment où certains pays de l'Union européenne ont choisi de porter cette formation au niveau master.
Or, la plupart des professionnels kinésithérapeutes estiment que cette réforme n'atteste pas une reconnaissance de la profession à la hauteur de ses réelles responsabilités, et ne correspond pas au niveau de l'enseignement, ni au niveau de sortie réel des étudiants.

Aussi, une large majorité d'entre eux est opposée à la rétrogradation de la reconnaissance de leur diplôme, et réclame une reconnaissance au grade de master, comme le recommande la Confédération mondiale de la physiothérapie (WCPT), avec en outre une harmonisation du processus de recrutement des élèves kinésithérapeutes, notamment via la première année commune aux enseignements de santé (PACES).
L'ordre des masseurs-kinésithérapeute rappelle à cet égard, qu'au-delà de l'avenir de la profession, ce sont la qualité des soins et la sécurité des patients qui sont en jeu.
C'est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer les intentions du Gouvernement en la matière.

Lire la suite...

jeudi 25 avril 2013

L'Université de Savoie menacée par la prochaine réforme gouvernementale

expression_politique.jpg
R2013_HSMag_144_expression_politique.png
Haute-Savoie Magazine n°144 d'avril à juin 2013https://blog.gandi.net/index.php?logout=1

lundi 11 juin 2012

Question écrite n° 23675 de Jean-Paul Amoudry (Haute-Savoie - UCR) concernant la situation des représentants étudiants élus

publiée dans le JO Sénat du 07/06/2012 - page 1332

Jean-Paul Amoudry appelle l'attention de Madame la Ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche sur la situation paradoxale des étudiants élus dans les instances paritaires des universités, qui sont convoqués à la même date à un examen et à une réunion des conseils universitaires où ils siègent.

Exposés à un choix difficile, les élus étudiants les plus motivés ont l'impression que leur présence n'est pas réellement souhaitée dans ces réunions, et que leur participation est purement théorique.

Aussi, dans le cadre de mesures à prendre pour le bon fonctionnement de la démocratie étudiante, il serait souhaitable d'organiser une programmation des calendriers pour que les étudiants puissent aussi bien se présenter aux épreuves universitaires et exercer personnellement leurs mandats électifs au sein des organisations pour représenter leurs pairs.

Il lui demande également s'il serait possible, tout en respectant le principe d'autonomie administrative et pédagogique des universités, de demander aux responsables de ces établissements que, pour les mêmes raisons, tout étudiant absent à une séance obligatoire de cours ou de travaux dirigés, du fait de sa participation élective à une réunion du conseil paritaire, puisse en être dispensé, à titre exceptionnel et sur présentation d'un justificatif ou de la convocation.

Lire la suite...

mardi 24 avril 2012

Réponse de Monsieur le Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, concernant la situation et l'avenir des Instituts Technologiques Universitaires (IUT)

RMin_Enseign_sup_IUT.png
RMin_Enseign_sup_IUT_p2.png